Changement d’heure pour les animaux : quels impacts ?


Le changement d’heure qui a lieu deux fois par an est source de perturbations pour les animaux et les éleveurs. Il modifie leur rythme naturel avec des conséquences au quotidien. Explications.

Le changement d’heure pour les animaux : l’éternel retour

Deux fois par an, fin mars et fin octobre, il faut décaler le rythme des animaux d’élevage : vache, veau, mouton… Mais ce n’est pas sans poser de problèmes car les animaux aiment la régularité. Leur rythme naturel est calqué sur la lumière, le jour et la nuit, et non sur l’heure décidée par les humains.

Par exemple, le changement d’heure perturbe fortement la traite des vaches laitières. On enregistre toujours une baisse de production du lait à cette période. De plus, cela génère du stress aux animaux et altère la qualité du lait. Il faut compter environ une semaine pour que les vaches retrouvent un rythme régulier.

Changer d’heure, c’est aussi décaler l’heure pour nourrir les animaux. Ce décalage peut perturber le système digestif de certains animaux comme le veau, par exemple. En effet, son fonctionnement est de réclamer dès qu’il a faim.

Pourtant, il est très important de respecter des horaires réguliers. Si les veaux tètent plus tard, ils ont donc plus faim et ils se mettent à trop téter. Cela entraîne parfois des problèmes digestifs qui peuvent les rendre fragiles. S’ils tètent trop tôt, ils le font mal parce qu’ils n’ont pas faim et leur croissance s’en trouve perturbée. Cela peut au final avoir une incidence sur la qualité de la viande.

La solution : Un changement d’heure progressif

Alors, pour passer ce cap, que ce soit pour les vaches laitières ou les races à viandes, les éleveurs prennent l’habitude de décaler l’heure de nourrir les animaux ou de la traite progressivement.

Une semaine avant, les agriculteurs décalent ces horaires de 10 à 15 minutes par jour pour que la transition soit moins brutal. Ainsi, les animaux peuvent s’habituer petit à petit.

Changer d’heure n’en reste pas moins perturbant pour les éleveurs. Ils doivent aussi décaler leur emploi du temps et les travaux sur l’exploitation qui dépendent très souvent du jour et de la nuit. Alors, cela influe sur leur vie personnelle et familiale.

Une fois le passage à l’heure d’été ou d’hiver effectué, un nouveau rythme est pris, en attendant le prochain changement d’heure.

Laisser un commentaire